Le conseil municipal

Retour à la page d’accueil

Dernier conseil : 6 juillet  2017 (enregistrement vidéo des derniers conseils sur Youtube : https://www.youtube.com/results?search_query=conseil+municipal+morlaix
Prochain conseil : non fixé

Dans la colonne de droite, mon appel du 18 juin 2016 aux conseillers municipaux morlaisiens, majorité comme opposition, pour les inviter à mieux informer les citoyens, leur permettre de s’exprimer, incluant, notamment, les abstentionnistes. Je renouvelle cet appel le 18 juin 2017, jour du deuxième tour des élections législatives.

Un fait majeur passé inaperçu :

la démission de trois conseillers municipaux, lors de la séance du 19 mai 2016. Nous donnerons ultérieurement le texte intégral des conseillers démissionnaires. En attendant, voici le bref compte-rendu du TÉLEGRAMME du 20 mai 2016 : « Trois élus d’opposition ont annoncé leur démission du conseil municipal de Morlaix, hier soir, en ouverture de séance. Il s’agit de Michèle Abramovicz et de Loïc Digaire, anciennement Front de gauche, et de Guénaëlle Clech, membre de la coopérative citoyenne. Tous trois avaient été élus sur la liste commune de la gauche il y a deux ans. Ils dénoncent le manque d’écoute et de considération de la part de la majorité. Par ailleurs, une trentaine de personnes a perturbé la séance en pénétrant dans la salle du conseil. La maire, Agnès Le Brun, a suspendu la séance. Devant leur refus d’évacuer la salle, elle a fait appel à la police. Les manifestants ont été évacués vers 19 h 15. La séance du conseil municipal a été reportée à une date ultérieure. »

Voici le texte par lequel les trois démissionnaires ont justifié de leur décision (lu par Madame Michèle Abramovicz :

 » Madame le Maire, mesdames et messieurs les conseillers, Guénaëlle Clech, Loïc Digaire et moi-même présentons ce jour notre démission à l’ensemble du conseil municipal. Si nous en sommes arrivés à cette décision, c’est que nous ne voulons plus cautionner par notre présence un système de gestion municipale anti démocratique. La place accordée à l’opposition est, en effet, inexistante. Nous vous rappelons, Madame le Maire, que nous avons été élus par des morlaisiens au même titre que vous et votre majorité. Or, le conseil municipal et les commissions sont de simples chambres d’enregistrement. Tous les dossiers sont étudiés par le maire et ses adjoints, et notre rôle est réduit à un acquiescement de la décision proposée ou à un refus, ce qui, de toute façon, ne change rien au résultat, étant donné que l’ensemble des conseillers municipaux de la majorité vote en permanence comme un seul homme dans le sens indiqué par Madame le Maire. Les critiques, observations, suggestions que nous portons au titre de toute une partie de la population sont systématiquement rejetées et taxées de positions purement idéologiques, ce qui rend le débat de plus en plus crispé et stérile et évince la parole d’une partie de la population. Vous avez tout fait pour couper le dialogue entre nous et le représentant du personnel ; ainsi les élus de l’opposition au comité technique et au CHSCT ont été évacués de ces instances sans même en avoir été informés préalablement. De la même façon, nous avons interdiction de rendre visite aux agents communaux sous prétexte que cela perturberait la marche du service, ce qui ne vous gênait pas, madame le Maire, lorsque vous étiez vous-même conseillère municipale. Nous rappelons que seuls deux conseillers municipaux de la minorité sont retraités et donc disponibles dans la journée pour aller les rencontrer, ce qui limite fortement la prétendue perturbation évoquée. Le personnel municipal a donc comme interlocuteurs exclusifs les représentants de la majorité, tous porteurs de la même vision de la société et de la gestion municipale. Belle diversité ! Par ailleurs, ces contraintes rendent bien évidemment plus difficile pour l’opposition la recherche d’informations. Par votre attitude, vous avez vidé de sens notre présence dans le conseil municipal. Dans ces condition, nous avons choisi de nous investir autrement et ailleurs au service des morlaisiens. Avec le mépris qui caractérise souvent vos interventions à notre égard, dans votre article du dernier Morlaix Mag vous nous avez taxés d’antisystèmes. Et nous sommes, effectivement, contre un système qui ne donne plus la parole au peuple et qui oublie en permanence l’intérêt général. Vous avez fait remarquer qu’il était contradictoire d’être conseiller municipal un soit et porte-parole de Nuit Debout le lendemain, comme si porter la parole dans cette assemblée ne signifiait rien. Eh bien, nous continuerons à être aux côtés de tous les citoyens, quels qu’ils soient, dans leurs actions et leurs luttes pour une société solidaire et soucieuse de l’intérêt général. Nous serons toujours porteurs des valeurs de l’humain d’abord et nous continuerons à nous battre avec les citoyens pour ces valeurs d’humanisme que vous avez soit délaissées, soit faites varier au gré des stratégies électorales et objectifs de carrière, voir les repas uniques, bel appel du pied aux électeurs du Front National. En conséquence, nous quittons immédiatement cette assemblée. »