Le populisme, vu de Morlaix (4)

(…) « La référence au populisme semble bien aujourd’hui redoubler de fait et se faire de plus en plus accusatrice en droit dans le cadre des sociétés démocratiques désenchantées de notre époque. Nous ferons ici l’hypothèse qu’une telle peur du loup populiste ne provient pas d’un corps étranger qui menacerait de s’introduire de l’extérieur dans la bergerie démocratique, mais relève bien plutôt de l’essence de la démocratie elle-même et des conditions actuelles de son existence, et tout particulièrement de la crise de la représentation en politique qui y sévit. C’est pourquoi nous nous proposons ici de distinguer et d’articuler les trois modèles de démocratie qui caractérisent notre contemporanéité politique ; les modèles « représentatif », «  participatif » et « délibératif », en tâchant d’en mettre en évidence les vertus et les limites respectives et conjointes, non seulement quant au populisme lui-même, mais aussi et surtout en vue de résoudre une crise qui ne semble pas être seulement, ni même essentiellement, d’ordre politique, mais bien plutôt de nature anthropologique, s’il est vrai que ce qui est en jeu ici, au fond, c’est la capacité des hommes de s’accomplir comme des êtres libres et égaux par la médiation des institutions, politiques, notamment, qu’ils se donnent dans leur histoire (…)

à suivre

Joël Gaubert

Le populisme contre les peuples, Revue Cités, 49/2012 pp 27 à 48

https://www.facebook.com/RicMorlaix29/posts/1452735421404450

Posted in Non classé.